AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 madness before dead ϟ caliel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 24
ϟ Date d'Arrivée : 02/07/2011
ϟ I'm : 24
ϟ My famous quote : bitch you won't make me cry.
ϟ Copyright : panda.
ϟ Groupe : suckers

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ CLOSE ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: madness before dead ϟ caliel   Mar 5 Juil - 13:18

CALIEL & LIZ


YOU'RE FUCKING BECOMING MAD, AREN'T YOU ?

CALIFORNIA DREAM ! La côte Ouest de l'Amérique, le rêve de toute personne normalement constituée. Los Angeles, Las Vegas, la côte d'or, bref, des étoiles dans les yeux et des rêves de richesse. Mais quand on était dans une réalité telle qu'elle se présentait à Elizabeth, on se fout royalement de la côte ouest. On se contente de prier pour ne pas y rencontrer trop de bestioles bizarres et, surtout, pour ne pas croiser un partisan de la Mère. Et éventuellement d'autres vampires, puisqu'elle ne supportait pas le caractère profondément sanguinaire de ses congénères. Les seuls qu'elles côtoyaient était Nathan, chose logique puisqu'il était son amant depuis plus d'un siècle maintenant, et Jaime, qu'elle considérait comme une sorte de protégée, même si elles se voyaient rarement. Quand on a la bougeotte comme la cinq centenaire, difficile de se faire des relations à long terme, hein ? Bref, Liz avait donc atterri à San Diego au crépuscule, après avoir soigneusement piqué une grosse Harley Davidson qu'elle avait repérée sur la route 66, dans une station service. Nathan ayant des choses à voir à Phoenix, il l'avait laissée seule pour quelques jours. Le manque de sa présence se faisait douloureusement ressentir.

Liz finit par se garer non loin de la vieille ville, près d'un salon de coiffure abandonné depuis longtemps. La ville était silencieuse, presque trop. L'ouïe de la jeune vampire pouvait capter le bruit du vent dans le feuillage, celui de ses cheveux qui s'agitaient dans son dos, quelques oiseaux. Les pas feutrés d'un chat. Elle cala ses lunettes de soleil sur ses yeux sensibles, fronça le nez sous l'odeur d'une poubelle vomissant son contenu, les sacs noirs troués et le soleil qui putréfiait avec enthousiasme un tas d'aliments à moitié mangés, tous plus répugnants les uns que les autres. Elle ne put retenir une grimace. La nourriture humaine du vingt-et-unième siècle différait énormément de celle qu'elle avait connue, au seizième siècle. Aujourd'hui, les fast-food et autres trucs dégueulasses prônaient sur une bonne pièce de bœuf et des petits légumes cuits ensemble. Elle soupira, cala les mains dans les poches de sa veste en cuir blanc et décida de se dégourdir un peu les jambes. Elle avait soif. Un tour par le camp semblait obligatoire.

Une petite heure plus tard, sa soif étanchée, Elizabeth revenait dans les rues de la vieille ville de San Diego. Elle était totalement bouleversée par ce qui se passait dans ces camps. L'hygiène n'y était pas spécialement bonne. Les humains s'entassaient les uns sur les autres, comme ils pouvaient. Elle avait l'impression de revoir les images que les soldats américains avaient ramenées des camps de concentration allemands, à la différence que dans les camps créés par les créatures, ils ont à peu près de quoi manger à leur faim... Elle secoua la tête, se faufila entre deux voitures et, soudain, s'arrêta net. Il y avait quelqu'un. Enfin, deux personnes plus exactement. La haute silhouette aux cheveux blonds et bouclés, elle la reconnaissait ; il s'appelait Julian, avait la quarantaine, et elle l'avait rencontré dans un bar de Washington un ou deux ans plus tôt. Ils avaient énormément parlé ensemble, il lui avait confié la perte de ses enfants, de sa famille, de tout ce qui faisait sa vie. Elle avait été touchée par cet homme et, depuis, ils avaient échangé quelques lettres, s'étaient revus autour d'un café. Et le truc qui était en face de lui... Liz huma l'air. Un polymorphe. Qu'il tua proprement, sous les yeux ébahis de la jeune vampire.

« Julian ! Mais qu'est-ce que tu fiches ? T'as perdu la tête ou quoi, tu te rends compte du truc que tu viens de faire ? »

Elle était choquée. Elle avait toujours vu Julian comme quelqu'un de pacifique... Mais elle savait aussi que des anges étaient descendus sur Terre. De nouveau, elle huma l'air. Julian serait-il habité par un ange ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

madness before dead ϟ caliel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road Again ϟ Ad vitam aeternam ::  :: 
CALIFORNIE
 :: 
SAN DIEGO
 :: 
THE OLD TOWN
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit