AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CASTIEL&DEAN ► since we last spoke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 64
ϟ Date d'Arrivée : 08/05/2011
ϟ Copyright : Lanie
ϟ Groupe : Angels

MessageSujet: CASTIEL&DEAN ► since we last spoke   Lun 16 Mai - 9:35

Comme toujours, un léger bruissement d’ailes venait de trahir l’apparition de Castiel toujours vêtu de son éternel trench-coat d’une propreté immaculée. Il était en mission. Du moins, c’est ce qu’il se plaisait à penser parce qu’en fait, ce n’était qu’un prétexte pour rejoindre le monde des êtres humains, ne serait-ce qu’une petite heure. Les autres ne comprenaient pas toujours pourquoi Castiel éprouvait un tel besoin de revenir ici alors que ce n’était pas sa place et, pour être franc, lui-même ne le comprenait pas. Il devait venir ici. Il devait voir ce qu’engendrait la guerre « en bas » et peut-être pour songer à une approche différente pour faire tomber Raphaël une bonne fois pour toute. Dieu ne l’avait pas ramené sans raison valable, il n’était qu’un soldat de l’armée divine parmi tant d’autres cependant son Père n’avait pas jugé utile de lui laisser un petit post-it avec toutes les tâches qu’il aurait à mener. Castiel agissait donc à l’instinct, une chose que lui avaient enseigné les trois chasseurs avec qui il passait autrefois le plus clair de son temps. Ceux-là même qu’il considérait comme ses amis et qu’il n’hésitait pas à mettre en sourdine. Il savait que pour cela, les Winchester et Bobby devaient passer le plus clair le maudire de n’être jamais là cependant l’ange sentait le poids de nouvelles responsabilités peser sur les épaules. Si ça n’avait tenu qu’à lui, Castiel se serait rameuté illico-presto mais quelques-uns de ses frères qui avaient rejoint sa cause comptait sur lui pour mener la guerre à son terme et il ne voulait pas les décevoir pas plus qu’il ne souhaitait avoir leur mort sur la conscience. C’était bien les seuls qui avaient compris ce qui représentait vraiment le libre arbitre. Il était persuadé que Dean, Sam et Bobby comprendraient la situation, eux qui s’étaient sacrifiés à de maintes reprises pour protéger des être chers ou qui vouait leur vie à la chasse aux créatures surnaturelles. Castiel faisait la même chose, c’était un chemin pavé de bonnes attentions…

Son instinct l’avait mené dans un camp de Chicago, il avait eu vent que des choses étranges s’y produisaient depuis un certain temps déjà et qu’il soupçonnait Haziel de s’y cacher sous les traits d’un nouvel hôte. Il devait absolument lui parler, le convaincre de rejoindre sa cause pour le faire parler et lui tirer les vers du nez. Il avait besoin de savoir où se trouvait Dieu ou simplement de savoir s'il avait un message pour lui. Pourquoi est-ce qu'il n'avait pas de téléphone portable comme tout le monde ? Même Castiel en avait un à présent. Il ne sortait jamais sans. Certes, il ne captait pas au Paradis mais lorsqu'il revenait sur terre et qu'il cherchait à contacter ses amis alors il s'en servait. Le plus ironique dans tout cela c'était que ce petit objet était devenu le seul moyen de les retrouver depuis qu'il avait gravé leurs côtes de symboles en les rendant ainsi indétectables aux yeux des autres anges, lui y compris, évidemment. Il n'était pas né avec l'option "filtrage des appels" lui, dommage, cela lui aurait épargné un grand sentiment de culpabilité qui le heurtait de plein fouet depuis qu'il revenait ici. Castiel avait la quasi-certitude que le fait de revenir parmi les âmes humaines désinhibait les émotions qu'il avait analysé lors de son séjour ici. L'ange se "téléporta" de l'autre côté de la barrière, la tête penchée légèrement sur le côté tandis qu'il observait les toiles des tentes apparemment inhabitées. On se serait cru dans une ville fantôme. S'en aurait été presque une si l'ange n'avait pas senti les regards peser sur lui avec insistance. Il ressentait chacune des âmes présentes ici. Il devinait facilement les silhouettes. L'une d'entre elle l'interpella plus que les autres. Une silhouette doublée d'une âme bien particulière qui ne pouvait appartenir qu'à un seul homme ; Dean Winchester se trouvait dans les parages. Castiel resta parfaitement immobile, partagé entre l'idée de s'en aller sans se retourner parce qu'il était évident que son frère avait déserté depuis longtemps déjà, rester pour espionner le chasseur sans se montrer, aller vers lui ou tout simplement rester bien sagement ici comme il l'avait fait autrefois sur le bord de la route. Curieux, Castiel opta rapidement pour la solution "incognito", invisible aux yeux de Dean, il le suivit bien sagement attendant le moment propice pour d'éventuelles retrouvailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Admin ϟ Marshal Eastwood, Clint Eastwood.

avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 2625
ϟ Date d'Arrivée : 16/09/2010
ϟ I'm : 28
ϟ My famous quote : I was missing something, you know what it was ? It was you.
ϟ Copyright : Wandering Spirit
ϟ Groupe : Hunters

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ CLOSE ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Re: CASTIEL&DEAN ► since we last spoke   Mar 17 Mai - 0:01



(c) tumblr
« NICE TO SEE THAT YOU’RE STILL ALIVE. »



Chicago. Le voile de la nuit s’était abattu depuis plusieurs heures sur cette ville réputée active. Dans un silence quasi morbide, la silhouette du chasseur traversait la brume épaisse qui s’était invitée pour l’occasion. Certains disaient que la première impression était souvent la bonne, la vue qui s’étendait devant lui le laissait presque sans voix, tant la ville était déserte, inanimée et sans le moindre signe de vie. C’était sans doute une erreur de penser cela, Dean avait beau foncer tête baissée la plupart du temps, cela faisait bien longtemps qu’il avait comprit combien il fallait se méfier de l’eau qui dort. Son frère n’était pas à ses côtés, ils avaient convenus de se séparer le temps d’une chasse. D’une seule. Puisqu’ils devaient se débrouiller sans l’aide des ailés et sans l’aide de personne, il fallait bien réfléchir à des plans. Une grimace tirait les traits du Winchester alors qu’il tombait sur des corps en pleine décomposition. Rectification, des morceaux. Une main venait se placer sous son nez suite à l’odeur fétide qui empestait soudain la ruelle dans laquelle il se trouvait. Qu’est ce qu’il faisait là ? C’était pourtant très simple, il avait roulé et roulé pendant un nombre incalculable de miles et avait fini par atteindre la destination qui lui avait été assignée. Destination qu’il aurait préféré éviter tant il s’inquiétait pour une certaine famille, famille dont il avait fait parti pendant une année environ. Un soupir s’échappait de ses lèvres tandis qu’il balayait cette pensée, en vain. Mâchoire crispée, il s’était arrêté, restant soudain immobile face au bruit qui résonnait. Non, même si les rues étaient sans vie, elles n’étaient pas pour autant désertes… Par les temps qui couraient, il était quasiment impossible de savoir à quel genre de bestiole il allait être confronté. Sortant son colt de sous sa veste, balles en argent dans celui-ci, il mettait en joug l’obscurité en face de lui, ne glissant aucune lampe pour ne pas se faire repérer plus facilement.

Dean n’était pas dupe, il se doutait bien que la mère ne serait nullement contrariée si lui, ou même son frère venait à mourir tragiquement. Déchiqueté par l’un de ses loups garous ou skinwalker, ou encore vidé par un de ses vampires… L’aîné Winchester déglutit, avançant lentement et apercevant la lumière des réverbères au loin. Se montrer à couvert ? Ce qu’il cherchait c’était le camp des humains n’est ce pas ? Une folle idée germait déjà dans son esprit alors qu’il avançait un peu plus vite, ses pas se faisant plus lourds et pressés, la course poursuite allait bientôt commencer. Un rictus apparaissant sur son visage laissait à penser qu’il avait bel et bien pris sa décision. « Allez, venez jouer. ». Un simple murmure pour lui-même, histoire de se dire qu’il était bien vivant, lui, parmi les rues bien sombres. En moins de temps qu’il ne fallut pour le dire, Dean se jetait finalement dans la gueule du loup, courant dans la rue principale à en perdre haleine. Il ne tarda pas à entendre ce qu’il redoutait. Au loin et pourtant déjà si près, des grognements se firent entendre, ne laissant en aucun cas le choix au chasseur, l’obligeant à courir sans s’arrêter. Ce n’était cependant que des chiens, mais des chiens à la force redoutable dotés d’un certain côté humain. De belles bêtes en somme. Un fin sourire étirait le visage du Winchester alors qu’il plongeait pour éviter l’assaut d’un des deux chiens. Roulant au sol, il se relevait aussitôt, son arme toujours en main. Un grognement s’échappait de sa propre gorge tandis qu’il reprenait sa course effrénée, attendant le bon moment pour se retourner et attaquer. Il courut de cette manière pendant plusieurs mètres avant de stopper net, figé par les spots lumineux qui éclairaient une large cours dans laquelle marchaient tranquillement un sacré paquet d’humains. C’était donc ça leurs camps ? Pas le temps de se poser davantage la question que les skin le rattrapaient déjà. Il plongeait une nouvelle fois à couvert, restant silencieux pendant que les bestioles reniflaient le sol pour retrouver sa trace. Tant mieux c’était ce qu’il voulait. Lorsqu’un des chiens redressa les oreilles, il comprit. Il attendit jusqu’au dernier moment et tirait dans la tête de la bestiole sans aucun ménagement. Ils étaient assez loin du camp et ne risquaient « rien ». Un coup de feu passerait inaperçu.

Le corps inerte du skinwalker s’effondrait un peu plus loin, le deuxième bondissait déjà et subissait le même sort que le précédent. Sourcils froncés, du sang sur sa veste et la peau de son cou, le chasseur se relevait dans les buissons, passant ses mains sur lui pour nettoyer un peu. L’odeur métallique du liquide carmin parvenait déjà jusqu’à son nez, ne le faisant même pas sourciller. Sans un bruit, il s’éloignait, laissant les corps là où ceux-ci avaient décidés de tomber. Pas de temps à perdre, il devait se rapprocher de ce camp avec la plus grande vigilance. Assez proche sans trop l’être, allongé dans les buissons qui se trouvaient là, Dean observait sagement de loin. Il n’était pas à l’abri de voir une autre créature lui tomber dessus. Invisible à ses yeux, l’aîné ne remarquait même pas la présence de l’Ange, les yeux rivés sur ce spectacle de désolation, ils étaient franchement dans de beaux draps. Sortant son téléphone de sa poche, il posait son colt devant lui et appelait le premier concerné par cette « mission ». La personne voulue ne tarda pas à décrocher. Ne parlant pas trop fort, le jeune homme exposait les faits, il estimait être arrivé là beaucoup trop facilement et ne cessait d’être sur ses gardes.

    « Hey Bobby, c’est moi. Je crois que cette idée de venir voir directement comment ils les retiennent craint ! Honnêtement… C’est le bordel, je ne sais même pas comment on pourrait rentrer là dedans sans se faire repérer par un vamp’ ou une autre connerie de ce genre. ». Il soupirait tandis que le vieillard lui demandait plus d’informations. « Des grilles tout autour, sur plusieurs mètres. Euh… Comme dans la majorité des prisons. Des spots posés partout qui éclairent chaque recoin… Je veux dire… Merde Bobby, on ne pourrait jamais passer inaperçu ! Si on rentre là dedans on est mort. Tu… ». Pas le temps de finir sa phrase que sa tête se tournait déjà vers l’Ange au trench coat, lèvres pincées. « Je te rappelle. ». Malgré les quelques protestations de Bobby, il raccrochait rapidement, se redressant, jaugeant Castiel du regard. « Cas’, comme c’est gentil de venir donner des nouvelles. ». Le ton était sec, amer, Dean l’avait pourtant appelé un certain nombre de fois, désespérément même mais il n’avait jamais répondu. Depuis que c’était le foutoir en bas, sur terre – et au paradis- il n’avait droit qu’à ses « secrétaires ».


_________________

DEEP DOWN ϟ "That's one deep, dark nothing you got there, Dean. Can't fill it, can you ? Not with food or drink. Not even with sex. Oh, you can smirk and joke and lie to your brother, lie to yourself, but not to me ! I can see inside you, Dean. I can see how broken you are, how defeated. You can't win, and you know it. But you just keep fighting. Just... keep going through the motions. You're not hungry, Dean, because inside, you're already... Dead."
(c) tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 64
ϟ Date d'Arrivée : 08/05/2011
ϟ Copyright : Lanie
ϟ Groupe : Angels

MessageSujet: Re: CASTIEL&DEAN ► since we last spoke   Sam 21 Mai - 22:35

Rester tapis dans l’ombre pendant que Dean luttait contre deux skinwalkers était particulièrement insoutenable cependant il connaissait assez le chasseur pour savoir que ce dernier le questionnerait sur sa réapparition miraculeuse alors que Castiel avait gravé son squelette pour le rendre indétectable aux yeux de n’importe quel ange ; lui y compris. Il décida de prendre son mal en patience, analysant la scène avec un certain intérêt. Depuis qu’ils se côtoyaient, l’ange avait tendance à copier Dean. La ruse dont il faisait parfois preuve dans ce genre de situation était, selon lui, tout à fait instructif. Castiel, lui-même soldat de la garde divine, en apprenait plus sur l’art du combat et au vue de la « conjoncture actuelle » au Paradis (encore un mot qu’il a appris en regardant une chaine télévisée), tout était bon à prendre pour l’aider à faire tomber Raphaël. Toujours derrière Dean lorsque celui-ci attrapa son téléphone, Castiel tendit une oreille afin de savoir qui de Sam ou de Bobby le chasseur était en train de contacter. [color]« Hey Bobby, c’est moi. Je crois que cette idée de venir voir directement comment ils les retiennent craint ! Honnêtement… C’est le bordel, je ne sais même pas comment on pourrait rentrer là dedans sans se faire repérer par un vamp’ ou une autre connerie de ce genre. »[/color]. Savoir qu’ils essayaient de libérer les humains retenus par des geôliers peu ordinaires et surtout sanguinaires ne l’étonnait pas vraiment. Il regrettait le temps ou lui-même faisait partie de la « team free will » et ou ils avaient lutté côte-à-côte. Ce n’était pas si lointain et pourtant, plus les mois s’étaient écoulés et plus un fossé s’était creusé entre eux, rendant la communication parfois bien difficile. Castiel regrettait ce temps-là. Les trois chasseurs lui avaient apporté tellement. Ensemble ils avaient fait plus de choses que l’ange n’en avait fait de toute sa vie. C’était aussi pour cela que Castiel décida enfin de se rendre visible à ses yeux, il lui devait bien ça après tout. [color] « Des grilles tout autour, sur plusieurs mètres. Euh… Comme dans la majorité des prisons. Des spots posés partout qui éclairent chaque recoin… Je veux dire… Merde Bobby, on ne pourrait jamais passer inaperçu ! Si on rentre là dedans on est mort. Tu… ». [/color]. Furtivement, son regard avait croisé celui de Dean. Il sentait que ce dernier ne se gênerait pas de lui rappeler qu’il n’avait pas daigné répondre à ses prières. Il attendait la tirade pour mieux la contrer, sûrement… Difficile à dire. Son visage était toujours aussi froid, presque impassible. Seuls ses yeux d’un bleu perçant se plissèrent légèrement tandis qu’un maigre sourire quasi-invisible se dessina sur ses lèvres, ce qui était plutôt rare chez Castiel.

Dean coupa court à l’entretien téléphonique avec Bobby pour se concentrer sur Castiel. Il connaissait assez bien le chasseur pour savoir que sa présence le frustrait. « Dean », sa voix était grave, presque chaleureuse. « Cas’, comme c’est gentil de venir donner des nouvelles. ».. Son ton était sec et rempli d’amertume. Sans doute l’avait-il mérité. Pourtant, ce n’était pas comme s’il n’avait pas répondu du tout à ses appels, Castiel avait tout de même envoyé des messagers pour répondre à leurs interrogations et les épauler au besoin. « Je suis désolé, Dean. ». Mais il savait que ça ne lui suffirait pas et en croisant le regard lourd de sens que lui lançait le chasseur, un soupir lui échappa. C’était ce qui le différenciait du Castiel d’autrefois, d’avant la rencontre avec les Winchester, le Castiel d’aujourd’hui était plus expressif. « Je dois m’occuper de mes frères et je pensais que tu comprendrais… Toi plus que quiconque. ». Dean avait voué sa vie aux autres et surtout à son frère, Castiel en avait plusieurs. Certains comptaient sur lui et d’autres attendaient la moindre occasion pour le réduire en pièce mais, il n’y avait pas que cela, il voulait également préserver l’humanité toute entière et cela ne pouvait vouloir dire qu’une chose ; il devrait encore sauver les fesses des Winchester. L’ange resta imperturbable après ça, seul son regard d’un bleu métallique semblait expressif. Il n'y avait pas que Dean qui pouvait prétendre sauver le monde après tout. Lui aussi avait accompli bon nombre de missions commando au cours de sa vie d'ange même s'il avouait que sa plus belle bataille s'était faite aux côtés de trois êtres humains... La fameuse Team Free Will. La vérité c'est qu'il avait honte... Honte de s'être fait massacrer par Raphaël, honte de ne pas être assez puissant pour le faire tomber et surtout honte de ce qu'il risquait d'entreprendre pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Admin ϟ Marshal Eastwood, Clint Eastwood.

avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 2625
ϟ Date d'Arrivée : 16/09/2010
ϟ I'm : 28
ϟ My famous quote : I was missing something, you know what it was ? It was you.
ϟ Copyright : Wandering Spirit
ϟ Groupe : Hunters

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ CLOSE ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Re: CASTIEL&DEAN ► since we last spoke   Lun 13 Juin - 1:17


« I UNDERSTAND BUT HUMANITY IS ALL YOU’VE GOT. »


Les yeux rivés sur le spectacle de désolation qui s’étendait devant lui, le chasseur relatait pourtant à Bobby tout ce qu’il voyait. La chose n’allait pas être aisée. Ne serait-ce que pour rentrer à l’intérieur du camp. Certes, il serait toujours plus facile d’y entrer que d’en sortir. Après tout c’était peut être ce qu’ils attendaient, qu’ils entrent pour ne jamais en ressortir… Vivants. La conversation entre les deux chasseurs avaient finalement été coupée par l’entrée en scène de Castiel. Immédiatement, Dean raccrochait et se redressait, toisant l’ange du regard, lui répondant avec un ton lourd d’amertume. Arquant un sourcil à la réflexion de l’ailé, l’ainé Winchester soupira à son tour, les traits de son visage s’adoucissant légèrement. « Je comprends très bien. Et tu sais que tu peux compter sur moi si besoin Cas’. ». Se tournant pour observer le camp de plus bel, le chasseur réfléchit un instant, reprenant la conversation sans laisser de temps à son ami de répondre. « Je ne sais pas ce qu’il se passe réellement là haut, mais il ne faudrait pas négliger non plus ce qu’il se passe ici. Si tous les humains venaient à disparaître, qu’est ce que vous auriez à vous partager ? Je doute que Raphaël ne s’intéresse pas à eux. Je veux dire, regarde ce que ces satanés bestioles sont entrain de faire ! ». Oui, les deux frères avaient sans doute arrêté l’apocalypse, mais ça n’avait pas été sans l’aide de l’Ange ou encore d’autres amis et relations. Maintenant qu’ils se trouvaient face à une affaire de masse, qui touchait des populations entières qui maintenant, connaissaient l’existence du surnaturel, les choses étaient beaucoup plus compliquées. L’Apocalypse à côté de ça ? De la belle rigolade sans doute. Dean sentait la colère bouillonner à l’intérieur de lui mais il n’en fit rien, se contentant d’observer et d’éviter que quelqu’un ne les repèrent. Il ne savait pas comment ils allaient pouvoir se débrouiller pour sortir tous ces humains de ce pétrin. Ce n’était pas comme s’ils risquaient de se retrouver avec une armée de créatures assoiffées de sang d’ici quelques semaines, ou mois. Non vraiment ils étaient chanceux. Soufflant et pestant pour lui-même, insultant ces saloperies, il se retournait vers Castiel. « On est dans une impasse. Ces trucs sont justes… Infranchissables. Y entrer ne pose aucun souci –et encore- mais pour en sortir. J’irais bien faire un tour de l’intérieur, si Monsieur a du temps. Ca nous aiderait déjà beaucoup. ». Suicidaire ? Non du tout, qu’allez vous imaginer là, Dean Winchester foncer dans la gueule du loup ou dans le tas ? Jamais de la vie ce n’était pas son leitmotiv.

Sourire étiré jusqu’aux oreilles, le chasseur toisait l’Ange de ses prunelles émeraude, l’air tout de même sérieux. Il ne plaisantait pas en disant cela. Il attendait une quelconque réponse. « Allons… Ne me dis pas que tes frères ont réussi à te mettre un frein sur ton courage Cas’… Personne n’est plus en sécurité nulle part alors… Autant jouer les captifs le temps d’un instant. Eve n’est pas dans le coin, on ne risque rien… Normalement. ». Pinçant les lèvres et levant les yeux vers le ciel, faisant mine de réfléchir. « Non, vraiment, aucun danger, simple chasse de routine. ». En réalité, le jeune homme tentait de se faire lui aussi à l’idée, de se « rassurer » comme il pouvait. Face au silence qui s’installait entre les deux protagonistes, Dean récupérait son téléphone et rappelait Bobby. « Hey. Je te ramène les informations de l’intérieur, Superwings est avec moi. Souhaite-moi bonne chance. ». Il entendait une énième fois le vieux chasseur protester de la stupidité de l’idée mais il raccrochait encore une fois. S’il revenait vivant, Bobby allait l’incendier comme du poisson pourri pour avoir fait ça, deux fois qui plus est. Fier de sa blague à deux balles, il croisait le regard du concerné et perdait son sourire, se raclant la gorge comme si de rien était, sortant déjà son fusil à pompe. « Alors ? On y va ? ». Impatient, le Winchester savait surtout que si Castiel ne se décidait pas maintenant, il perdrait son envie de risquer sa peau pour savoir exactement ce qu’il se passait à l’intérieur de ces trucs. Attendant sagement que l’Angelot prenne une décision, Dean finit par perdre patience et commença à s’approcher lentement des grilles. Oh celles-ci étaient encore bien loin, il ne faisait qu’amorcer le chemin bien sûr. S’arrêtant derrière un buisson, il regardait derrière lui et murmurait un : « Avec moi ou pas ? » assez fort pour qu’il l’entende. Certes, c’était de la folie de vouloir rentrer à l’intérieur, Dean en était parfaitement conscient, mais c’était également le seul moyen de comprendre réellement les plans d’Eve et de toutes ces choses.


Spoiler:
 

_________________

DEEP DOWN ϟ "That's one deep, dark nothing you got there, Dean. Can't fill it, can you ? Not with food or drink. Not even with sex. Oh, you can smirk and joke and lie to your brother, lie to yourself, but not to me ! I can see inside you, Dean. I can see how broken you are, how defeated. You can't win, and you know it. But you just keep fighting. Just... keep going through the motions. You're not hungry, Dean, because inside, you're already... Dead."
(c) tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 64
ϟ Date d'Arrivée : 08/05/2011
ϟ Copyright : Lanie
ϟ Groupe : Angels

MessageSujet: Re: CASTIEL&DEAN ► since we last spoke   Ven 24 Juin - 10:11



J’avais appréhendé ce moment. Me tenir en face de Dean. Ce n’était pas parce que je craignais l’affrontement parce que je me savais statistiquement beaucoup plus puissant que lui, simple être humain mais, ces derniers-temps j’avais eu tendance à me surestimer. Je devais pourtant faire quelque chose et éviter à tout prix que Raphaël ne devienne maître de ce qui était autrefois le Paradis et qui, bientôt, ne deviendrait qu’un vaste champ de batailles et de ruines. J’observais Dean juste après avoir répondu à sa réplique concernant mon silence radio prolongé et je savais que cette fois mes arguments pencheraient en ma faveur ; sa réaction ne se fit pas attendre plus longtemps, les traits de son visage s’adoucirent aussitôt et il soupira. Quant à moi, je n’avais pas bougé d’un cil. J’étais figé comme une statue, observant mon interlocuteur dans l’impassibilité la plus totale. J’étais tout simplement indéchiffrable. « Je comprends très bien. Et tu sais que tu peux compter sur moi si besoin Cas’. ». Cette phrase était censée me rassurer et pourtant, elle produisit l’effet inverse. Je ressentais une nouvelle pointe de culpabilité à l’idée d’avoir laissé cette personne que je considérais comme un ami dans l’ignorance la plus totale mais, pouvait-on seulement m’en vouloir de les préserver du danger ? Ils avaient vécu tellement de choses que je m’étais promis de tout faire pour les épargner, les protéger… Je savais que je pouvais lui accorder ma confiance parce qu’il n’avait rien fait pour mériter que je la lui arrache, s’il y avait bien un trait que je pouvais bien lui reconnaitre c’était sans aucun doute sa loyauté. En guise de réponse, j’avais affiché une mine des plus fermés avant d’acquiescer de la tête pour lui faire comprendre que je n’hésiterais pas au besoin, ce qui était, par conséquent, totalement faux. J’avais une fois tenté de le contacter de nouveau après que Sam ait sauté dans la cage, il ne m’avait pas vu parce que j’avais volontairement camouflé ma présence à ses yeux mais, moi… moi j’avais tout vu. J’avais assisté à cette vie paisible qu’il avait toujours souhaité vivre et je ne voulais pas détruire ce rêve qu’il commençait doucement à construire. Cela aurait été égoïste de ma part et s’il y avait bien quelqu’un qui méritait d’être égoïste c’était justement l’homme qui se trouvait devant moi et qui avait de nouveau renoncé à ses grands projets d’avenir. Ce combat c’était le mien.

Je ne m’étais pas rendu compte à quel point mon séjour prolongé au Paradis au cours duquel j’avais passé la majeure partie de mon temps à pourchasser Raphaël et à monter une escouade pour le stopper dans sa « folie » m’avait rendu plus froid. Comme lors de mon tout premier séjour sur Terre. En passant un peu de temps avec les Winchester, j’avais découvert l’humanité et je m’en étais construite une qui s’était envolée à la première occasion, au premier battement d’ailes qui m’avait ramené à mon foyer d’origine où désormais j’étais considéré comme un paria. Le projet de mon frère considérait en outre à éradiquer les humains de la surface de la Terre. Rien n’expliquait la raison de ce génocide. Notre Père nous a tous crées et nous ne trouvons pas mieux que de nous détruire entre nous ou d’essayer de liquider nos cadets que la plupart de nous considère comme « a pain in the ass ». « Je ne sais pas ce qu’il se passe réellement là haut, mais il ne faudrait pas négliger non plus ce qu’il se passe ici. Si tous les humains venaient à disparaître, qu’est ce que vous auriez à vous partager ? Je doute que Raphaël ne s’intéresse pas à eux. Je veux dire, regarde ce que ces satanés bestioles sont entrain de faire ! ». J’avais jeté un rapide coup d’œil autour de moi, je me sentais déjà moins insensible à ce qui s’y passait, j’avais l’impression que Dean m’aidait parfois à ouvrir les yeux. Je vivais la scène avec un regard autre que le mien, autre que celui que j’avais porté quelques minutes plus tôt. « Je ne le négliges pas sinon je ne serais pas là, tu sembles oublier que je suis venu ici de mon propre-chef, sans que tu m’ais appelé. Il se passe que mon frère veut prendre le contrôle ce qui est une mauvaise chose. Je passe mon temps à monter des plans pour parer à cette éventualité et crois-moi, ça vaut mieux pour vos fesses. Je suis un ange mais, je ne peux pas être sur tous les fronts et mon escouade n’est pas encore prête à livrer une bataille. Nous sommes encore trop peu nombreux et pas assez organisés. ». Je le voyais désespéré et perdre patience. Il essayait manifestement de franchir la barrière qui le séparait de ce qu’il cherchait… Je ne savais pas pourquoi mais, je sentais que j’allais être mis à contribution et ce, à l’insu de mon plein gré. Curieusement, cette idée ne me dérangeait pas le moins du monde parce que notre complicité me manquait mine de rien. « On est dans une impasse. Ces trucs sont justes… Infranchissables. Y entrer ne pose aucun souci –et encore- mais pour en sortir. J’irais bien faire un tour de l’intérieur, si Monsieur a du temps. Ca nous aiderait déjà beaucoup. ». Bah voyons. Je roulais des yeux, me donnant une mine excédée qui ne m’allait pas du tout, j’étais un bien piètre acteur. « Allons… Ne me dis pas que tes frères ont réussi à te mettre un frein sur ton courage Cas’… Personne n’est plus en sécurité nulle part alors… Autant jouer les captifs le temps d’un instant. Eve n’est pas dans le coin, on ne risque rien… Normalement. Non, vraiment, aucun danger, simple chasse de routine. ». Les prunelles d’un bleu acier que j’avais emprunté à Jimmy Novak fixèrent intensément celles de couleur émeraude du chasseur, je donnais l’impression de mesurer les enjeux ou tout simplement la confiance que je lui accordais. Il avait raison, personne n’était en sécurité désormais et peut-être qu’il devait s’essayer à une nouvelle méthode. « Oui, je dois bien avoir du temps à gaspiller. », j’avais tenté un trait d’ironie qui sonnait encore plus faux que tout le reste notamment à cause de mon sérieux quasi-olympien. Cette réponse restait néanmoins volontairement évasive. Toutes les fibres de mon « corps » mourraient d’envie de se joindre à sa cause une fois de plus parce que je savais qu’elle était noble et qu’elle m’aiderait sûrement à détenir de précieuse information. « Hey. Je te ramène les informations de l’intérieur, Superwings est avec moi. Souhaite-moi bonne chance. ». Je l’observais, incompréhensif. « Superwings ? Who’s that ? Me ? No offense but I prefer « The Angel On A Bender » or « The burger-addicted Angel »… « Kojak » ? That’s really… what’s the term… oh yes, i remember, that’s really cool like code name, it’s shorter. ». Des souvenirs qu’il avait gardé en mémoire comme un bien précieux parce que les moments qu’il avait pu vivre avec Bobby, Sam et Dean n’étaient en rien comparable avec ceux qu’il avait vécu avec ses propres frères et sœurs. Dean se fit plus pressant. L’adrénaline sans doute. « Hmm… Maybe we could make a arrangement » je reprenais à peu près la pub Nespresso devant laquelle je restait scotchée lorsque je rejoignais les frères dans les motels qu’ils fréquentaient. « On y va. ». Sans crier gare, ma main avait agrippé son bras et je me « téléporta » à l’intérieur du complexe avec mon compagnon d’infortune. « Tu devra reprendre ton traitement contre la constipation passagère. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




ME, MYSELF AND I



MessageSujet: Re: CASTIEL&DEAN ► since we last spoke   

Revenir en haut Aller en bas
 

CASTIEL&DEAN ► since we last spoke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road Again ϟ Ad vitam aeternam ::  :: 
CHICAGO
 :: 
LE CAMP
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit