AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans un bar anonyme [Asmodée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Andras



avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 22
ϟ Date d'Arrivée : 19/04/2011
ϟ Groupe : Démons

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ OPEN ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Jeu 28 Avr - 9:34

Pour aujourd’hui, Andras n’avait aucun projet en particulier. Pas comme s’il avait pour habitude de planifier les choses à l’avance, même les plus importantes, remarque...
Après tout, la méthode d’organisation du démon était le chaos jusque dans sa manière de penser. En cela on le prenait parfois assez souvent pour un bon à rien ou un idiot. C’est vrai que tout faire au jour le jour c’est pas ce qu’il y a de plus intelligent stratégiquement parlant, mais pour le moment rien ne lui donnait envie de changer sa façon d’agir. Passer pour l’attardé du groupe était également un moyen efficace pour qu’on vous foute la paix…

Cependant, quelque chose dans la couleur du ciel, la force du vent et le parfum de l’herbe lui avait donné envie de changer d’avis, de faire quelque chose ce jour ci. Il était un démon, peut-être pas le plus connu, peut-être pas le plus puissant, mais il en était un malgré tout et ressentait l’envie de le montrer pour son propre amusement. Le Seigneur du Crime ne se faisait pas craindre lui-même, il faisait craindre les propres actions des humains, celles que ces pauvres êtres se sentaient capable de commettre après juste ce qu’il fallait d’impulsion. Andras n’était pas un assassin, mais bien un metteur en scène et Diable, qu’est-ce qu’il adorait cela ! Plus le temps s’écoulait, plus les raisons et les alibis des moindres petits crimes devenaient risibles au possible, alors que dire de ceux des grands ?!

Généralement, chaque fois qu’il commettait un coup d’éclat, Crowley se rappelait soudain de son existence et le retrouvait facilement pour le jeter par la peau du cou vers une quelconque mission qu’il lui confiait. L’un des gros problèmes d’Andras était qu’il ne savait pas rester discret bien longtemps, sans pour autant aller jusqu’à l’exubérance de certains. Une fois cependant, Crowley avait du le chercher depuis pas mal de temps… Parce que non, on a beau être le nouveau King of Hell, disposer d’un certain charisme ainsi que de pouvoirs assez conséquents, retrouver le Démon du Crime alors que son seul méfait de la semaine était d’avoir incité un gamin de six ans à voler la sucette d’une gamine de quatre ans, c’est pas possible.
Du coup, le respect que le démon avait pour son chef augmenta de manière assez visible… On a beau avoir plusieurs siècles au compteur, ce genre de coup de chance, ça impressionne toujours pas mal. Bref, maintenant c’était rentré dans sa tête : même lorsque tu influences la plus insignifiante telle qu’obliger un bouddhiste à écraser une mouche, le boss arrive alors prépare toi à bosser et n’espère pas échapper à ton destin. Connaître ses limites, savoir ce qui nous attend après tel ou tel chose, c’est également une manière de survivre. Action rime avec conséquence, quoi que l’on fasse, que l’on soit démon ou non, Amen.

Bref, aujourd’hui il voulait faire le zouave très bien mais alors il devait garder assez d’énergie pour faire son boulot après. Décevoir Crowley était une chose à éviter autant que possible, son but premier était de rester en vie après tout. Donc ouais, il allait se faire plaisir en récoltant quelques âmes mais il fallait déjà se préparer à l’éventualité d’un travail plus fastidieux dans un avenir proche… Malgré tout cela, Andras restait de bonne humeur. On allait quand même pas pleurer pour si peu, non ? Et rien ne semblait pouvoir gâcher cela : un petit coin sympa où foutre le boxon, des humains sur lesquels s’amuser, un ciel bleu et des petits oiseaux qui chantaient. Que ce soit l’Apocalypse, la guerre, que les démons se battent, que les anges s’étripent entre eux ou n’importe quoi, il y a toujours des oiseaux pour chanter. C’est y pas tellement mignon ?

Ca allait être quoi le programme : vol, agression, autres ? Tellement de choix, si peu de temps… Cela empêchait de s’ennuyer par contre, ça c’est sûr. Andras n’aurait plus qu’à se craindre lui-même le jour où même le plus petit crime ne parviendrait pas à le dérider, même les démons ne sont pas à l’abris de ce genre de danger : l’ennui. Lorsqu’on tombe dedans, on oublie tout but, toute vocation, alors ne semble rester que l’éternité. Il n’y a rien de plus terrible…

A part peut-être un quelconque châtiment connu seul des murs de la prison de Crowley ? Quoi qu’il en soit le démon ne voulait tester ni l’un, ni l’autre. Aujourd’hui il n’était pas proie mais bourreaux, comme depuis tous ces siècles qu’il avait vécu. Aujourd’hui, aujourd’hui, aujourd’hui…
Il n’y a que cela qui compte, le présent. Sans présent on peut pas prévoir de futur, on peut pas prévoir de vie…

Et là, le problème, c’est que quelqu’un allait le lui gâcher, son présent ! Un parfum dans l’air, quelque chose de particulier ni triste, ni heureux. Seulement le signe d’un frère ou une sœur était là, tout proche. Tellement proche qu’il la voyait, qu’il la regardait droit dans les yeux avec juste cette pointe d’agacement au coin des lèvres…

Sweetheart, c’est impoli d’arriver sur le terrain de jeux des autres sans prévenir, tu sais ?

Asmodée, l’un des démons qu’il fallait le moins énerver. Ca, Andras s’en souvenait toujours au dernier moment, c'est-à-dire après avoir parlé. Triste, n’est-ce pas ? Une fois il avait quand même bien faillit se faire égorger les yeux avec elle. A la petite cuillère… Depuis il était jamais vraiment trop rassuré en en apercevant une.

Tu sais, même pour me gâcher la journée c’est sur rendez-vous… Alors reviens plutôt demain en fin d’après midi ? Je devrais pouvoir te libérer une tranche horaire…

Un soupir, finalement ça n’allait pas être très drôle. Sans un regard pour la femme, Andras desserra quelques peu son nœud de cravate. Même un démon a besoin de respirer convenablement.

[color=red] Franchement, ma Belle… C’est grand les Etats-Unis, non ? On peut éviter de se trouver au même endroit au même moment…[/color ]

Allez, parce que celle là il ne pouvait pas s’empêcher de la faire…

Et puis si on nous voit ensemble, des rumeurs vont commencer à courir… Ca va vite ces choses là, pas vrai ?

Sourire en coin, clin d’œil… Parfois, Andras manquait singulièrement d’instinct de survie. Un vrai drame… Si ça continuait, il allait payer encore plus cher que quelques hypothétiques humains. Journée pourrie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 49
ϟ Date d'Arrivée : 09/02/2011
ϟ I'm : 33
ϟ My famous quote : Une passion chasse l'autre, et celle du jeu est la première de toutes : l'amour et l'ambition s'émoussent en vieillissant, le jeu reverdit quand tout le reste se passe.
ϟ Groupe : Démons

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Lun 2 Mai - 6:52

La colère était le sentiment qui représentait l’état du moment de la démone, outre le fait qu’elle se voit voler la vedette par une garce, voilà que ses affaires sont au plus bas. Sa fierté était donc touchée à plus d’un égard, et pour tout démon c’est là que le bât blesse. Alors imaginez ce qui l’on est pour celle qui répond au doux nom d’Asmodée.

D’ailleurs, elle adorait être associé à la volupté. Mais, cela ne semble plus vraiment le cas. Et même dans les enfers, certains démons osaient mettre en doute sa légitimité. Elle ne comptait pas laisser les choses s’envenimaient, et allait reprendre la place de choix qui lui est dû.

Un petit sourire illumina le temps d’un bref moment Asmodée, qui était en pleine évasion dans son monde de fantasmes. Soyez en sûre, personne de sains d’esprit ne voudrez ne serait-ce qu’avoir une courte vision de ce que la belle associe à plaisir ultime. En réalité, elle était frustrée, ayant beaucoup trop de choses inassouvies. Il n’y a rien de pire qu’un démon qui ressentant cela décide de faire une petite escale sur terre. Il ne faudra point s’étonner de voir les faits divers s’accumuler et laisser perplexe les chasseurs qui auront vent de ces phénomènes. Elle s’enivrait pour oublier que la lassitude la submergeait, elle qui imposait le respect n’en était pas moins une femme envieuse, et cherchant en vain des yeux une distraction, la blonde comprit qu’elle ne la trouverait pas dans les enfers. Chose peu commune, il faut savoir que les enfers est un terrain de jeu, où l’on peut faire ce que l’on désire. Mais là, les enfers prennent un tout autre sens. Aucune nouveauté, aucune nouvelle âme tourmentée …

Elle ne connaissait plus de répits depuis quelques temps déjà, se regardant dans un miroir où elle ne cessait de se contempler satisfaite du corps qu’elle habitait. Asmodée comptait à présent se charger du sort de quelques misérables humains, après tout ne dit-on pas que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Elle voulait pousser les hommes au vice, voir les plus miséricordieux d’entre eux fléchir face à elle, prendre les âmes à la source.

Qui avait de plus idéal que les endroits de débauches qu’affectionnaient tout particulièrement les hommes de cette race? Elle marchait à présent à travers une nuit si sombre que l’on distinguait à peine les silhouettes en train de se mouvoir. Mais même ainsi, elle ne passait pas inaperçu, il faut dire qu’arrivait à proximité elle vous lançait un regard qui ferait fondre un glaçon, clouant les plus téméraires sur place. D’un simple regard, elle faisait comprendre à la gente masculine et même féminine, qu’elle avait envie de jouer. Et en général, elle n’avait aucun refus, ce soir-là ne faisait pas exception puisque le minable suivait la jeune femme qui le menait à une mort certaine. Mais elle n’avait pas pour coutume de simplement exécuter sa cible, cela n’était pas le genre qui lui convenait.

Elle voulait tout d’abord faire naitre un désir ardent puis faire naitre une terreur chez ses cibles.
Elle emmenait donc l’individu dans un bar. Il avait tout du parfait grossier, je vous épargnerais donc les détails du physique qui n’ont rien de ragoutant. Et voilà, qu’une chose à laquelle elle ne s’attendait pas arriva. Étrangement cela n’était pas pour lui déplaire, un membre de la grande famille était présent en ces lieux. Pas étonnant que les enfers soient vides, si tous les démons allaient faire joujou sur terre!

Délaissant dès lors sa victime qui présentait à ses yeux aucun réel intérêt, la belle alla rejoindre le démon qui avait par moment le don de la faire sortir de ses gonds. Mais une colère dirigée, une petite rixe ne valait-elle pas mieux qu’un ennui mortel? C’était comme un nouvel essor qui se présentait à elle.

- Andras, cela faisait un certain temps, moi qui te pensais … hors compétition!

A vrai dire, elle aimait le style du démon qui n’était pas dans la simple barbarie mais bien dans une manipulation. C’était un peu un artiste, même si surement dû au fait de « sa jeunesse » il ne savait jamais quand il fallait se taire. Mais, le fait d n’avoir que faire, et de se sentir seule pouvait vous amené à supporter l’insupportable. Ainsi, elle tacherait de ne point s’attaquer physiquement à lui.

Posant sa tête sur son poing fermé, la démone observait le démon, scrutait les alentours à la recherche des diverses attractions qu’avait déjà repéré le démon.

- Ne me dis pas que tu es dans une telle faiblesse physique et psychologique que tu prends ma simple présence pour un affront?

Remarquant que ce dernier feignait de l’ignorer, ne prenant même pas le temps de lui jeter un regard quand il s’adressait à elle. Asmodée se mordillait la lèvre inférieure, petit tic qui montrait sa contrariété. La contrariété fut écourtée par les derniers propos du démon, elle comptait bien lui faire ravaler cette arrogance et ses sous-entendus. Se levant, elle n’eut le temps de rien rétorquer, ni même de faire au démon imprudent, puisqu’elle venait de se retrouver à terre. Pourquoi donc? Car quand on emmène un gros lourdeau, et qu’on l’oublie, et bien il a une réaction d’abruti, ayant poussé Asmodée et balancé son verre en direction de l’homme qui était à ses côtés. Un humain qui n’avait aucune idée de ce qu’il venait de déclencher. Osez faire ça, c’est s’exposer à une potence plus que cruelle, et vu que la démone n’avait point eu l’occasion de faire acte de torture depuis trop longtemps maintenant, la victime qui allait sortir des mailles du filet serait à présent une occasion d’exorciser ses démons, si l’on peut se permettre une telle expression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Andras



avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 22
ϟ Date d'Arrivée : 19/04/2011
ϟ Groupe : Démons

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ OPEN ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Jeu 5 Mai - 8:50

Asmodée, douce Asmodée… Andras ne pu s’empêcher de rire. Il aimait bien faire ça, que ce soit par joie, par moquerie ou même pas ennuie. Le démon n’était pas de ceux prônant l’absence d’expression. Pourrait-on changer un jour le caractère de cochon de la belle en face de lui ? Non, certainement pas. Un coup d’œil lui apprit qu’elle n’était pas vraiment seule… Quoique si en fait : face à un porc, une femme semble toujours l’être. Elle avait pas pris le plus poète du troupeau, niveau humain là… Autrement dit, Asmodée devait vraiment s’ennuyer, non ?

Il lui aurait bien répondu, il l’aurait bien regardé aussi, mais non… Non. La démone, il pouvait toujours l’observer à loisir en Enfer ou ici bas. C’était d’ailleurs une, passez-lui le mot, bénédiction pour les yeux : de quoi les occuper agréablement, très agréablement… Mais là non, autant s’occuper de la vulgarité et se laisser un plaisir d’esthète pour plus tard.
Les humains, ah les humains… Andras avait pour intention de sortir une blague pas drôle, alors il sourit et se tourna enfin vers sa compagne….pour se prendre un verre d’eau dans la figure. Sa première pensée fut pour son costume, puis il vit l’humain lourdeau frapper Asmodée. Là, il ne pensa plus du tout…

C’était pas le plus colérique, Andras, pas le plus violent non plus. Il y avait toujours pire que lui niveau barbarie… Mais c’était sans doute l’un des démons les plus changeant qui soit. Pas vraiment de la fourberie, juste surtout le fait d’être lunatique. Oh bien sûr, fourbe il l’était aussi… mais non ce n’était pas ça.

On ne frappe pas Asmodée, jamais. Lui, il la taquinait souvent, beaucoup… Il adorait la mettre en colère, l’énerver par ses mensonges et autres choses de ce genre. Chacun sa manière de respecter les autres, pas vrai ? Même si pour certaines personnes tordues, ce respect passait par l’irrespect. Le monde n’avait jamais eu pour vocation d’être logique, quel ennui sinon !

Là, l’humain ne devait se préoccuper que d’une chose, une seule : quel serait donc le démon à lui faire la peau ? Les pieds de la chaise raclèrent sur le vieux parquet en bois tandis qu’Andras se levait. Au-delà de l’odeur des grillades, des mauvais plats, de l’alcool et du tabac froid du bar, il distinguait le parfum de sueur qui imprégnait cet être gros et rustre. Etait-ce donc ainsi que Dieu avait créé les hommes à son image ? Désespérant. Et personne ne remarquait rien du conflit à venir, l’être humain est un animal sourd, muet et surtout aveugle de nature, sinon comment les démons parviendraient-ils si bien à les duper et manipuler ?
Il regarda Asmodée et eut soudain envie de rire. N’était-elle pas comique, cette situation ? Lentement, l’homme leva le bras et déposa une pichenette affectueuse sur le bout du nez de sa compagne. Un geste risqué, ils l’étaient tous lorsqu’ils étaient adressés à Asmodée.

Te traiter comme une souillon, c’est la nouvelle mode ? Décidément tu n’es jamais à cours d’imagination… Alors, est-ce qu’on va se battre pour lui ? Personnellement j’ai déjà trois cent soixant-dix… non, trois cent quatre-vingt idées de tortures différentes. En plus il a ruiné mon costume…

Beau parleur et souriant, Andras ne savait malgré tout pas vraiment comment gérer la situation. Ses mots ne servaient à rien d’autre qu’à meubler le silence en attendant le bon vouloir de son cerveau pour trouver une solution face à la probable prochaine colère d’Asmodée, ce bar miteux et l’humain sur lequel se défouler. Non parce que avec sa chance légendaire, ça lui reviendrait sur le coin de la tronche tout ça…

Chaque fois qu’il m’arrive quelque chose, ça retombe sur mes fringues. C’est désespérant… Oh, tu ferais mieux de te relever, Sweet heart, c’est pas très confortable par terre.

Galanterie ? Oui Andras avait déjà lu la définition de ce mot dans un dictionnaire. C’était assez fun comme terme mais il ne voyait pas l’intérêt de l’être lui-même aujourd’hui. Une autre fois peut-être ? Un jour il avait été gentil avec Asmodée, il y a longtemps… Depuis il avait plus recommencé, il y avait jamais vraiment pensé faut dire.

Et sinon, Mignonne, tu me fais le plaisir de ta compagnie ce matin ? Qu’on s’occupe de lui… Pas de jaloux comme ça et je t’embête aussi en même temps. T’en penses quoi ? Même si niveau deal, je ne vaux pas certains…. Mais parfois l’absence ça fait du bien dans un couple, tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 49
ϟ Date d'Arrivée : 09/02/2011
ϟ I'm : 33
ϟ My famous quote : Une passion chasse l'autre, et celle du jeu est la première de toutes : l'amour et l'ambition s'émoussent en vieillissant, le jeu reverdit quand tout le reste se passe.
ϟ Groupe : Démons

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Dim 12 Juin - 0:42

Une image vint se fixer dans le cerveau de la belle, la durée fut brève à peine le temps qu’aurait eu la Miss de réussir l’exploit de maintenir le souffle de la vie dans une plante ou fleur que beaucoup aimaient posséder. Bon, si vous ne la connaissez pas cette image vous évoque peu de choses voir surement rien du tout. Mais la démone n’est pas du genre à supporter que l’on dépende de sa personne. Enfin avouons, elle aime susciter l’admiration à son passage tout aussi bien sur son apparence que sur ses actes (bon là, le camp des enfers est principalement l’endroit où elle reçoit la notoriété qui lui est dû). Mais, elle n’est pas adepte du donnant-donnant, genre la philosophie de « Je veille sur toi comme tu veilles sur Moi, ce serait plus « Veille sur Moi comme Je veille sur Moi ». Exception faite de celui dont on taira le nom. Amsodée apprécie de recevoir, recevoir et recevoir.

Là, elle rêvait juste d’un carnage, d’ailleurs la présence d’Andras qui avait le don de peser ses mots et les choisir avec minutie pour provoquer en elle, rage. Il fallait avouer qu’il était peut-être le seul à réussir à la mettre dans cet état d’âme là [sans jeu de mot].

Elle ferma les yeux quand sur le bout de son nez retentit un petit bruit sourd marquant le contact des pouces et index du démon venant s’écraser sur lui, geste qu’elle n’appréciait guère car elle l’interprétait et surement à bon escient comme une façon de dire # Ma petite qu’allons-nous faire de toi là ! ou Alors mon enfant # ... bref tout ce qui pouvait l'insupporter.

Cette nuit était comme funeste, cette journée avait été marquée par une humiliation. Et sachez que l'on ne peut se vanter de cet acte sans en payer les consequences. D’ailleurs, l'être grasssouillet allait l'apprendre à ses dépends. Pas la peine de préciser que selon l'être qui se jouait d’elle, une réaction plus modérée pouvait servir de réponse, mais non elle n'est pas plus indulgente avec Andras ...Asmodée n'est pas surement une personne qui fonctionne à la colère, même si ... en ce monde il y a une flopée de choses qu'elle exècre.

Elle possède des dons qui lui sont propres. et parmi ses multiples talents elle en affectionnait un : ôter le souffle aux misérables. Elle aimait faire de ces humains ses pantins, ils étaient telle une feuille d'arbre esseulée emportait par le vent, l'on les imagine libre cependant sans prendre conscience que c'est le vent qui mène la danse et les guide inexorablement vers un trépas infini. Elle laissai passer l'allusion quant à la relation et plus si affinité avec le grand Crowley, non pas car elle était du genre à ignorer ce genre de niaiseries - bien au contraire - mais car son esprit était occupée par autre chose. Une idée merveilleuse qui se marqua par un sourire carnassier.

"Toi et moi, nous allons passer une soirée mémorable"...adressa t'elle à Andras avant de se tourner vers "porcinet" "T'en fais pas mon mignon toi aussi, et pourtant si tu avais eu l'intelligence de présenter tes excuses"

Les mots étaient faibles, vu les pensées qui parcouraient le cerveau si "spécial" de la belle, voici un petit aperçu, âmes sensibles s'abstenir * La dernière image que tu verras ce sera moi partageant une coupe de ton sang en ce servant de ton crâne*. Dès lors, elle s'imaginait ôter son crâne, sans le cerveau : il fallait qu'il est conscience de ce qui pouvait l'entourer!!! Asmodée pouvait se révéler une démonne vraiment perverse dans certaines situations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Andras



avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 22
ϟ Date d'Arrivée : 19/04/2011
ϟ Groupe : Démons

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ OPEN ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Jeu 16 Juin - 10:25

Nous n’avons jamais passé de soirées mémorables ensemble, ma chère… Ce n’est pas près de changer

Ho et puis après tout… Qu’Asmodée fasse ce qu’elle veule. Cette tête de mule ne se calmerait pas avant quelques litres de sang, très bien alors qu’elle se salisse mais toute seule. Le démon secoua la tête et recula de quelques pas. Lui-même était colérique au possible selon ses humeurs, mais en ce moment la réflexion devait prévaloir face à la précipitation. Il allait se contenter de regarder faire sa compagne,

De toute manière, une victime ça ne se partage pas. Ca se prend ou ça se vole, là Andras n’était pas assez motivé pour la voler. Alors il se contenta de se rasseoir, prêt à tout regarder. Prêt à s’ennuyer aussi un peu, mais laisser Asmodée seule ne lui disait rien qui vaille. Ce n’était pas forcément un désir de protection, plutôt qu’entre démons on sait de quoi on est capable et mieux vaut un démon sous nos yeux qu’un démon dans notre dos.

Alors, que vas-tu lui faire ? Ecorchement, broyage d’os, arrachage de membres, éclatement de cervelle, que sais-je encore ? Enfin bon on a beau dire, ça reste des classiques…. Darling, tu es définitivement vieux jeu dans ce domaine !

Evidemment qu’Andras se fichait comme d’une guigne de ce qui pouvait arriver à cet humain. Il n’était pas sous sa protection ou n’importe quoi d’autre, alors bon… A vrai dire, c’était à peine si son cerveau captait à sa présence, maintenant. Juste un truc nuisible, oui c’est ça comme une pollution sonore lointaine, un bourdonnement éloigné qui ne vaille pas la peine de bouger ou autre.

L’homme se prit à sourire, certes il ne s’amusait pas du tout mais bon. En fait, qu’est-ce qu’il y avait d’amusant ici, hein ? Il regarda Asmodée comme si la réponse pouvait se trouver sur son visage. Foutaises, dans son monde à elle ne devait y avoir que le meurtre, le jeu et le goût du sang. Et lui, qu’y avait-il dans son monde ? Il haussa les épaules et puis finalement se releva de son siège.

Hé Princesse, que dirais tu d’aller faire un tour dehors avec moi, plutôt ?

Evidemment, le démon n’attendait pas de réponses particulières. Il se contenta de sortir sans même attendre un quelconque geste de sa compagne. Dehors il n’y avait rien d’autre qu’un paysage inintéressant, vive la Terre, messieurs dames ! Mains dans les poches, Andras s’adossa au mur extérieur du bar. Là haut dans le ciel, à peine quelques nuages, ce simple fait lui donna envie de rire à gorges déployées. Lorsqu’on a plusieurs siècles au compteur, on est jamais vraiment sain d’esprit.

Un bruit de porte, était-ce Asmodée qui venait le rejoindre ? Andras lui laissait cinq minutes avant qu’il ne parte autre part. La patience était un luxe qu’il n’avait jamais vraiment pris la peine de posséder.
Pas spécialement de mauvaise humeur, peut-être que cela changerait, pas forcément de bon poil non plus, Andras ne savait pas vraiment quoi attendre de cette journée. Dire qu’elle venait à peine de débuter….

Des vacances, je crois que ça me ferait pas de mal, ouep… même si je fous déjà rien, surtout si je fous déjà rien
Un ricanement, il ne s’adressait à personne d’autre qu’à lui-même et ouais, ça le faisait rire. Tout le faisait rire, d’une certaine façon et c’était là tant mieux !
Finalement il quitta le mur pour marcher un peu vers la poussière de la route. Il ne se retourna pas, si Asmodée était là, elle saurait comment lui faire savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 49
ϟ Date d'Arrivée : 09/02/2011
ϟ I'm : 33
ϟ My famous quote : Une passion chasse l'autre, et celle du jeu est la première de toutes : l'amour et l'ambition s'émoussent en vieillissant, le jeu reverdit quand tout le reste se passe.
ϟ Groupe : Démons

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Dim 19 Juin - 23:58

La petite phrase de son comparse correspondait tout à fait à son caractère, bon Asmodée était certes dans l’exagération mais certaines situations pouvaient amener même les plus intransigeants à voir leur degré d’exigence fortement diminué. Elle pourrait bien lui faire comprendre qu’il ne fallait pas qu’il voit en mémorable, une chose transcendante ou que ce terme désigne le summum de ce que tous deux avaient connus. Mais comme tous les êtres, elle avait des moments où ces querelles là lassaient. D’ailleurs des querelles où elle était surement la seule protagoniste.

Étonnamment Andras, ne comptait pas faire éclat de la sauvagerie ou toute autre spectacle qui pouvait attirer l’attention sur cet endroit qui pour le moment avait été épargné. Certes, tout ceci n’était pas malin, et surtout tout ceci n’était pas d’accoutumée chez elle. Peut-être était-ce une folie des grandeurs, un sentiment d’impunité …. En fait, il était plus probable que la folie du désespoir s’était emparée d’une des plus anciennes démones qui parcouraient ce monde.

La réserve de l'autre entité spirituel aurait pu la freiner, aurait même dû lui faire ne serait ce que douter de son acte. Mais ce ne fut pas le cas, malheureusement ce soir ce lieu a été être la proie d’une tragédie pour les pauvres personnes s’y trouvant. Le grassouillet par son attitude était juste provocateur, ricanant tel un hyène pensant que les propos d’Andras étaient pures fantaisies et à vrai dire, il était bien plus effrayé par cet inconnu au visage froid, neutre et dénué d’expression. C’est sûr qu’Asmodée envoyait juste l’image d’un joli petit lot qu’on pourrait aisément plier sous sa volonté … seulement les apparences sont trompeuses. Mais comme toujours les humains ne se fiaient qu’à ce qu’ils voient. Abrutis!

Elle se dirigea vers sa proie qui ne bougea pas, et railler même. Mais un bref instant il se raidit sur place, le regard lumineux de la belle avait laissé place à une noirceur, à cet instant il comprit que les paroles de l’élégant homme n’était peut être pas des idioties. Souriant de façon perverse, Asmodée ne lâcha pas de vue le futur cadavre mais s’adressait à son comparse …

« Andras ou devrais-je dire Monsieur Innovation, en effet tu es un pro en ce qui concerne les différentes formes de tortures »


Elle n’allait pas non plus détailler tout ce que ce démon avait fait sortir de son imagination, elle en aurait pour un siècle, et de plus cela n’aurait que pour résultat de flatter un ego qui était pour elle déjà surdimensionné

Tu as donc si peu d’estime de moi? De plus, que veux-tu j’aime la nostalgie et les prémisses de la torture ! »

Leur conversation était surréaliste, d’ailleurs les clients commençaient vraiment à « flipper », après tout les rumeurs eux aussi les avaient entendus, et certains pensaient même qu’ils avaient à faire à une version de Bonnie and Clyde.

- Laisse-moi te montrer »

La rapidité était impressionnante en tout cas pour un œil humain, elle l’avait mis à genou d’une simple pression. Une femme si frêle qui met soumet « un tonneau », ses amis auraient pu le vanner et mettre en doute sa virilité. Après tout, c’est ce qu’ils font.

Enfin secouant la tête, Asmodée se retourna vers … une chaise vide! D’ailleurs, elle aurait pu offrir un spectacle d’horreur et faire une tuerie, mais cela n’était pas son fort, enfin par là comprenez que la Blonde était du genre à pousser au vice et non être une sauvageonne. Tout est dans cette nuance.. Elle avait une certaine honte, d’avoir pu penser ainsi. Déjà si elle avait été assez dérangée pour faire cela, le boss n’aurait pas apprécié et décevoir le type pour lequel on se sacrifierait était in-envisageable pour Asmodée.

Posant sa main sur la porte, pour sortir de cet endroit et rejoindre Andras, pas que sa compagnie était plaisante mais qui pourrait préférer cela à un démon, elle entendit l’autre revenir à la charge .

« Je suis tombé ! »

Elle aurait pu surenchérir, ou …. Ou rien, elle n’allait pas faire une joute verbale avec un être si répugnant et quitte a usé de sa personne pour torturer, autant que l’humain soit un chasseur ! Donc même si elle stoppa net, elle ne daigna même pas lui adresser un regard. D’ailleurs, dans le bar plus personne ne lui prêtait attention …

Rejoignant l’extérieur, la jeune femme vi la silhouette d’Andras, n’allait pas penser qu’elle avait reconnu ses fesses ou une autre de ses caractéristiques, il était logique que ce soit lui. Personne n’était dans une tenue aussi classe, et à part eux et les alcooliques personne n’osait arpenter les rues.

Parée d’une délicate expression, Asmodée se trouvait à quelques pas de lui

« Hé bien, n’as-tu pas appris les bonnes manières?! Ne sais tu donc pas qu’il est de bon ton d’attendre …. Un être tel que moi ! ».

Rien avoir avec le fait que sa carapace soit celle d’une femme et toutes ses traditions, ils en étaient tous loin mais disons qu’Asmodée de part son rang attendait surement un peu trop de sollicitude des autres démons. Se trouvant supérieurs à eux, elle réclamait des gestes de respect, aussi petits soient ils.


« Alors où vas-tu donc ainsi? Aurais-tu une tierce personne à visiter? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Andras



avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 22
ϟ Date d'Arrivée : 19/04/2011
ϟ Groupe : Démons

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ OPEN ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Lun 20 Juin - 7:04

Ainsi, Asmodée était venue et le bar tenait encore debout. Andras se sourit à lui-même, il n’avait que faire de la vie des humains, à vrai dire il n’avait que faire de la vie tout court, mais aux dernières nouvelles mieux valait dépenser son énergie contre les créatures que contre les insectes. Enfin, d’après le chef…. Andras choisissait de ne pas dépenser son énergie tout court, il faisait simple.
D’un mouvement souple, le démon se retourna pour planter son regard dans celui de son alter ego. Et il continuait à sourire, enfin amusé par ce qui se passait.

Ne sais tu pas qu’il est de bon ton de traiter autrement un être tel que moi ?

Bien sûr qu’il était arrogant, bien sûr qu’il se moquait d’Asmodée… mais et alors ? Il n’était pas un démon de seconde zone pour autant et n’avait jamais voulu se conduire en larbin pour qui que ce soit, hormis leur père à tous. Mais cela avait été pour une autre époque désormais révolue. Andras n’était pas rebelle, sauvage ou autre, juste qu’il ne répondait pas aux qualités exigées pour faire un bon valet…
Et puis le démon avait poussé tellement d’humains à la trahison que l’on pouvait se questionner sur son sens de l’honneur…

La poussière de la route se collait aux vêtements d’Asmodée, à son visage, à ses cheveux… Lui-même ne devait pas être dans un bel état, inconvénient des paysages comme celui-ci. Il secoua la tête, soudain sérieux pour répondre d’une voix plus posée :

On ne rend visite qu’aux amis, Asmodée. Hors tu es bien placée pour savoir que je n’en ai pas… Je ne sais pas où je vais, mais j’y vais. La route est longue mais mène toujours quelque part…

Un pas. Un pas non pas vers la route, mais vers Asmodée. Quelle bouille délicieuse… Un instant, le démon se contenta de la considérer en silence. Il pouvait lui dire beaucoup de choses autant sérieuses qu’au contraire inintéressantes voir mensongères, il pouvait aussi avoir envie de lui dire la vérité.
Quelle vérité ? Bah, celle de tous les jours…

Il repensa à ce qu’elle avait dit dans ce bar, ah Asmodée ne soit pas si prompte à juger ! Tu risques de te tromper…. Le démon se pencha légèrement, les lèvres contre l’oreille de sa comparse. Il pouvait la lui arracher s’il le voulait mais sa volonté était tout autre. Le vent poussiéreux fut à peine plus élevé que son murmure, pas la peine d’être entendu à trois kilomètres à la ronde quand on ne voulait parler que pour une seule personne.

Bien sûr que j’ai de l’estime pour toi, tu es la seule que je ne sous estime pas.

Andras se redressa alors, ayant dit ce qu’il avait à dire. Il n’avait pas menti, non il n’avait pas menti malgré son sourire, malgré son regard. Et tant pis si Asmodée pensait ce qu’elle voulait, il n’avait pas besoin des autres pour se faire un avis.

Le ciel au dessus d’eux, où se déchiraient les anges. La terre sous leurs pieds pour vomir dans le monde son flot d’insanités, de créatures, de démons… Et tout était pour le mieux, n’est-ce pas ? Avec le soleil là haut, ce soleil dont il se foutait carrément, et l’odeur de goudron brûlé de la route comme pour l’inciter à partir vers un ailleurs qui n’existait pas.
Finalement il haussa les épaules et tendit simplement la main vers sa compagne.

On marche un peu ensemble ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 49
ϟ Date d'Arrivée : 09/02/2011
ϟ I'm : 33
ϟ My famous quote : Une passion chasse l'autre, et celle du jeu est la première de toutes : l'amour et l'ambition s'émoussent en vieillissant, le jeu reverdit quand tout le reste se passe.
ϟ Groupe : Démons

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Lun 4 Juil - 2:15

[HRP : Désolé de l’attente!]

Et le voici qu’il jouait de nouveau avec elle, subtilement. De façon quasi innocente, de sorte que l’on puisse croire que toutes ces phrases étaient dites de façon anodines mais tel n’était pas le cas. Heureusement Asmodée état dans un de ces bons jours, si si la séance du bar l’avait quelque peu calmée. Donc elle ne renchérissait pas plus. Mais elle comprenait aisément pourquoi l’on rêvait de se servir de son visage comme punching ball. A vrai dire tout comme Asmodée qui dégageait un air naturellement hautain et disant le garce. Andras, lui-même, en restant impassible donnait une impression d’agression.

Et le voici sortant une phrase presque philosophique, qui pourrait valoir de multiples réflexions mais ce n’était pas du goût de la blonde de s’éterniser sur les possibles dires cachés. Mais il n’avait pas tort, tous les chemins mènent vers un endroit, un but … peut-être pas celui désirait mais tous deux avaient assez de présence, de caractère pour continuer jusqu'à trouver leur version du Saint-Graal. La démone s’amusait beaucoup d’utilisait els expressions bibliques à son effigie, ou pour qualifier une chose qui lui est propre. Elle trouve dans le blasphème une certaine poésie, et les réactions pieuses avaient toujours le don de l’amuser même si elle n’allait pas non plus flâner à tout va dans les églises. N’exagérons rien.

Son approche était souple mais quand on connaissait un minimum Andras, on apprenait à être sur ses gardes et malgré la puissance de la miss, elle n’était pas dupe ou naïve à se prétendre infaillible. Elle ne l’avouerait pas, comme beaucoup de choses d’ailleurs, et ne ferait pas le plaisir de lui laissait croire qu’elle était impressionnée. De toute façon, ce n’était pas cela juste que ce démon n’était pas le plus mal loti au niveau compétence. Et la fourberie avait la puissance d’anéantir la sagesse et la grâce. Mais, elle ne s’attendait pas à cela les paroles susurrées de façon presque sensuelle de par l’intonation … et elle devait reconnaitre qu’elle avait eu un infime plaisir à entendre cela. Encore plus de par ce démon ! Évidemment ce serait une autre dimension si face à elle avait été le Maitre. Un sentiment de confusion la saisissait quand elle se mit à penser à celui qui les guidait, à vrai dire elle était un peu perdue, elle ne devait pas être la seule. Et la solution qui se profilait, à savoir une errance commune avec un "semblable" était ce qui ressemblait plus au domaine de la bonne augure.

Elle pourrait se complaire dans la souvenance mais tout comme le démon à ses côtés, elle n'était pas du genre à se lamenter sur une vie passée, oubliez le mythe de la jeune blondinette qui s'en va direction le frigo quérir une boit de dessert glacé en s'enfournant une dose massive devant un navet. En ce petit tourment du moment, elle lui tendit la main après tout elle est une muse de la séduction, et elle n'allait pas blâmer ce geste ou y voir une chose répugnante. Et après tout les démons, ne sont pas de simples écervelés qui n'ont de but de de voir gicler le sang ou voir un mur immaculé de blanc finir en une tapisserie rouge âcre. D'ailleurs, elle profitait d'avoir sa main empoigné pour le mener dans une direction qui semblait plus réfléchie que l'idée de départ.

Elle n’avait pas prit la peine de lui demander si il voulait aller dans un endroit particulier, n’avait pas cherchait à savoir si lui-même était partant pour assister à ce qu’elle souhaitait lui montrer. Mais après tout, elle pensait intimement que cela ne saurait le déranger. D’abord qui aurait l’audace de se refuser à suivre la blonde ? Enfin, de toute façon i va de soit qu’ils étaient partis pour partager un moment d’errance, pourquoi ne pas profiter de ce moment de fugace complicité pour partager autre chose que du sarcasme. C’est ainsi que la démone le mena à bon port, il n’avait pas énormément marché et pourtant il semblait qu’un nouvel univers s’offrait à eux. Un paysage bien plus accueillant que cette attaque de poussière. Même l’atmosphère exhalait un tout autre arôme, c’était donc un simple panorama qu’elle lui offrait à vue. Cependant, au vu du murmure accompagnant sa contemplation, on était en droit de penser qu’elle ne considérait pas cette vue comme banale.

« Ils ne méritent pas d’avoir cela en leur possession! C’est à nous que cela revient! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Andras



avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 22
ϟ Date d'Arrivée : 19/04/2011
ϟ Groupe : Démons

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ OPEN ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   Mer 6 Juil - 23:51

Qu’il était aisé de deviner les pensées d’Asmodée ! Pour chaque compliment ou mot doux qu’on daignait lui lancer, il y avait quatre-vingt dix pour cent de chances que la belle imagine Crowley à votre place. Andras se contenta de sourire, parfois des silences sont bien plus blessants que des piques et, dans le regard du démon, on pouvait sentir tout le plaisir et l’envie de faire mal par la chair ou bien par le Verbe.
Au commencement était le Verbe, au commencement était le Mal. Et cela lui donnait envie de rire, envie de rire….
La jolie démone sembla vouloir prendre le contrôle de la situation, Andras la laissa dans cette illusion et se contenta de la suivre. De toute manière, il n’avait absolument rien de mieux à faire alors…
Le paysage changea bien vite car telle était la Terre. Le démon inspira profondément un air qu’au fond, il ne pouvait pas goûter et regarda droit devant lui, vers un horizon désert. Etait-ce cela que voulait Asmodée ? Il éclata de rire aux paroles de sa comparse, un rire méchant, sans joie, moqueur…

Et que ferions nous d’un tel paysage, Asmodée, nous qui ne pouvons ressentir ? Nous sommes destruction, souillure… Des esprits primaires ayant soif de sang et se fichant bien de la beauté du monde. Tu t’ennuierais bien vite dans un tel paysage… Et puis qu’est-ce que cela peut bien nous faire, ce que les humains possèdent ?

Dans la voix soudain âpre et amère apparurent alors des souvenirs d’un autre temps : lorsqu’ils avaient un père. Tout cela était fini bien sûr, Andras le savait très bien, mais comment oublier toute la haine de l’ange déchu à l’égard des humains ? Cela était aussi une partie de leur patrimoine à eux et le démon continuait de la porter en lui comme on porte un oiseau mort.

Hé bien, que veux-tu faire, courir parmi les fleurs ? Est-ce que ces occupations sont du goût du boss également ? Tu me déçois, Asmodée. Bah… vous m’avez tous toujours déçu dans le fond. Oh, ne fait pas cette tête là, ça ne te mènera à rien et tu le sais très bien

Avec douceur il attira la démone contre lui et posa ses lèvres sur la tempe satinée. Un autre baiser de Judas, très chère ? Et puis il la lâcha et avança parmi le paysage désert. Bien sûr que c’était beau, mais et alors ? L’herbe s’agitait contre le tissu de son pantalon, il se baissa et en arracha quelques brins. Et puis, loup solitaire, loup sans lune, il offrit son visage au ciel, regardant ce que lui seul pouvait voir de ses propres pensées.
Non, il n’y avait là vraiment rien d’intéressant…

Et puis finalement un rire : Joker, Arlequin, Andras revêtissait le masque du comédien. Très bien, amusons-nous donc un peu ?

Allez, viens danser avec moi ? Tu pourras imaginer que c’est le boss, petite fille, tu sais très bien le faire ça non ? Imaginer… Ou alors viens et mets-toi en colère, tu ne sais faire que cela. Vas y, j’attends tes mots, j’attends tes coups, pleure donc sur ce que les humains possèdent, oui pleure !
Oh ma pauvre Asmodée, pourquoi me montrer cela à moi ? Je suis le Crime pourtant, tu le sais bien ? J’encourage ce genre de destruction, cela m’amuse, les humains sont laids, sournois et égoïstes pourquoi ? Parce qu’ils suivent mes conseils…


Un sourire, un doigt qui effleure une joue

Pauvre, pauvre, pauvre petite fille….

Qu’est-ce que ça pouvait bien lui foutre, ce que pouvait penser Asmodée hein ? Pour Andras, jamais rien n’avait eu la moindre importance et ça, mes amis, ça c’était génial….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




ME, MYSELF AND I



MessageSujet: Re: Dans un bar anonyme [Asmodée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans un bar anonyme [Asmodée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road Again ϟ Ad vitam aeternam ::  :: 
ON THE ROAD
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com