AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DEIRDRE&SAM ✩ SURPRISE ! IT MIGHT BE YOUR BIRTHDAY TONIGHT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Admin ϟ Walker Texas Ranger

avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 893
ϟ Date d'Arrivée : 03/10/2010
ϟ I'm : 26
ϟ My famous quote : and if i only could, i'd make a deal with god, and i'd get him to swap our places, be running up that road...
ϟ Copyright : avatar by texas-flood, deany *-*
ϟ Groupe : chasseurs

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ OPEN ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: DEIRDRE&SAM ✩ SURPRISE ! IT MIGHT BE YOUR BIRTHDAY TONIGHT   Jeu 3 Mar - 14:06

SURPRISE ! IT MIGHT BE YOUR BIRTHDAY TONIGHT
S A M . & . D E I R D R E
.


Laisser Dean ruminer. C’était sans doute la meilleure décision qui lui soit venue de prendre. Dean qui ruminait depuis qu’ils étaient sortis de la prison de Crowley, comme s’il avait du mal à digérer l’échec cruel et bien douloureux qu’ils avaient pu connaître là bas. Comme s’ils avaient pu avoir une quelconque chance, disons que c’était Dean dans toute sa lumière ça, être déçu d’une défaite qui était jouée d’avance. Un nouveau coup bien placé… Et voilà qu’il empochait à nouveau une bonne centaine de dollars, laissant un sourire suffisant venir tracer ses lèvres tandis que les autres ivrognes autour de lui restaient incapables de le battre. Accordant un regard plus long au type qui n’avait pas jeté l’éponge avant la fin, il avala une gorgée de sa bière, sans pour autant décrocher son regard de celui de son dernier adversaire, celui qui venait de perdre sa centaine de dollars à l’instant précis. Sam, de son côté, n’avait pas franchement envie de rester dans cette chambre de motel miteuse pour ruminer avec son frère aîné. C’est sans doute ce qu’il aurait fait à une autre époque, alors qu’il avait encore une âme. Tandis que le type semblait remettre le billard en place pour une nouvelle partie, Sam s’écarta quelques instants, terminant sa bière en quelques gorgées avant de revenir sur le jeu. Il avait sans doute amassé pas mal d’argent pour la soirée, assez pour payer une nouvelle tournée générale à tous ceux qui se risquaient à essayer de reprendre leur argent. Dans un nouveau geste à la femme derrière le bar, il lui fit comprendre qu’il payait la bière à la troupe qu’il avait autour de lui et qui ne parvenait définitivement pas à remettre la main sur leur argent perdu. Qui sait, plus ils étaient bourrés, moins ils auraient de chance certainement, mais d’un autre côté, plus il les faisait boire, plus il s’exposait au risque de se voir aborder par l’un de ces types quand il déciderait qu’il en avait marre et qu’il ferait mieux de se divertir d’une autre manière. Allez, au tour de Joey de commencer… ou en fait, il ne savait pas vraiment comment il s’appelait, l’important étant que pour continuer de jouer, celui-ci venait de mettre gros sur la table… ils allaient sans doute tous se vider les poches, ce soir… tant pis, au moins il pourrait avoir assez d’argent pour le motel et la bouffe de Dean pour un petit moment encore. Après tout, la crise est la même pour tout le monde, même pour les types qui tiennent des motels pourris au bord des routes… et même pour les chasseurs qui continuaient de trafiquer des cartes de crédit diverses et variées. Tandis qu’il avait rejoint le coin au loin qu’il occupait le temps que tous les autres jouent leur coup, il se fit rejoindre par… une charmante compagnie. Il lui adressa un sourire, auquel elle répondit avec un petit plus niveau charme, loin, très loin de cacher les intentions qu’elle avait derrière la tête. Si seulement elle savait… sans doute oui qu’elle ne voulait qu’un coup d’un soir avant d’également passer à autre chose mais, de toute manière, qu’il lui plaise vraiment ou que ce soit juste pour une fois de passage, à cet instant précis, il n’avait pas envie de minauder ! L’appât du gain qui sait… ou peut-être tout à fait autre chose, des souvenirs qui n’étaient que les siens et qui, depuis leur passage dans l’Enfer personnel de Crowley, ne faisaient qu’un peu plus le hanter. Dean avait été trop occupé à ruminer ses remords en silence et à faire la gueule pour remarquer quoique ce soit au fond, c’était pas plus mal… Si autrefois il avait été un quelconque adepte des longues séances de discussion sur les problèmes de l’un et de l’autre, aujourd’hui, ce temps était également révolu. Il n’avait rien à dire à Dean sur quoique ce soit, que ce soit sur l’année de chasse qu’il avait passée seul, sur comment il pouvait bien se sentir sans âme, sur ce qu’il se souvenait de son passage ‘express’ dans la cage de Lucifer en compagnie de deux Archanges super sympa ou même de ce qu’il avait pu penser de leur passage tout aussi express dans la super prison de Crowley. Ca en faisait un paquet d’événements qu’il gardait sur la conscience, heureusement qu’il n’avait pas d’âme sérieux ! Et de toute manière, plus le temps passait, plus il comprenait le mécanisme qui s’était mis en place : Crowley ne pouvait pas ramener son âme c’était un fait et sans doute qu’il serait condamné à rester ainsi… Ce n’était peut-être pas un tord, alors que c’était surtout Dean qui parlait de cette âme réduite en lambeaux, là en bas, sous terre.

Après quelques paroles échangées avec la demoiselle qui lui servait toujours de compagnie, il l’abandonna là, pour retourner à son jeu, et bien décidé à s’en mettre encore pas mal dans les poches, bien entendu. Qui sait, peut-être que c’était un de ses camarades de jeu qui avait payé la jeune femme pour que celle-ci s’amuse à l’occuper pendant que les autres se chargeaient de prendre l’avantage. Dommage, la dernière fois qu’il avait abandonné un billard pour une fille, c’était pour Ruby et vu où ça l’avait mené, il n’était pas prêt de retenter l’expérience ! Quand bien même, il avait toute la nuit pour tenter quelque chose avec une quelconque personne, donc autant ne pas se presser et finir les choses en beauté avec cette bande de gauchers. La partie dura de longues minutes, pendant lesquelles plusieurs personnes avaient cherché à sonder Sam du regard, ou même à chercher quelle tactique il allait adopter… ou tout simplement pour voir s’il trichait ou non et si c’était le cas, comment il pouvait s’y prendre pour berner tout le monde ! En quelques coups, celle-ci était à nouveau terminée, achevant là de détrousser un bon nombre de joueurs, achevant également de remplir les poches de Sam. Ca y’est, le chasseur était à présent lassé de cet amusement-ci, c’est ainsi qu’il quitta la troupe, laissant quelques regards le suivre avec une certaine amertume sans doute, alors qu’il allait rejoindre la barmaid dans l’idée d’avaler de l’alcool un poil plus fort que de la bière et ainsi, qui sait, bien s’anesthésier le cerveau pour quelques heures. S’il n’avait pas d’âme, ce n’était pas pour autant que son corps était insensible aux ravages d’un beau cocktail alcoolisé. Puis finalement, alors qu’il était assis au bar avec son verre pour compagnie, en plein milieu du Nevada, c’est un visage qui revint à ses souvenirs. Deirdre… Il l’avait rencontrée quelques années auparavant, y’a un sacré bail sans doute, mais l’idée qu’elle se soit fixée en couple était totalement impossible. Elle était… trop bizarre pour ça. Enfin bref, elle, elle l’avait sans doute oublié. Avalant d’une traite son verre, Sam déposa un billet devant la barmaid pour payer son whisky, avant de s’engager vers la sortie, traînant un peu des pieds, l’allure tout sauf précipitée. La fatigue il ne connaissait plus et avec le temps, ses blessures avaient rapidement perdu de la douleur qui les faisait vivre, si bien qu’à présent, il ne les sentait même plus, tandis qu’il avait les mains profondément enfoncées dans ses poches, et qu’il parcourait quelques rues de la ville dans laquelle il se retrouvait seul. C’est un hasard fortuit et franchement étrange qui l’amena dans un coin relativement familier de la ville… Il se souvenait bien être déjà passé dans cette rue, il y a un moment, en compagnie de cette fameuse rousse bizarre, tiens. A croire que sitôt qu’il pensait à une chose, son chemin devait obligatoirement le mener à ladite chose. Ce n’était pas une mauvaise chose, tiens, relier un peu avec son passé… Observant un peu les alentours, il remarqua rapidement que la rue était vide et il ne prit même pas le temps de regarder l’heure pour s’assurer de ne pas réveiller la jeune femme… D’après ses souvenirs, les fenêtres de la jeune femme étaient au troisième étage et donnaient sur la rue, hors, celles-ci montraient à cet instant précis, de la lumière. Oh et puis, penser que les autres dorment, ce n’était pas un automatisme chez Sam qui lui, ne dormait plus depuis un an et quelques pruneaux. S’engageant donc sans hésitation dans l’immeuble – après tout, c’est le destin qui l’a amené dans cette rue, et on lui avait bien souvent dit de ne pas résister à son destin – il grimpa silencieusement les marches de l’escalier, arrivant dans un couloir quelconque. Numéro 34 – ouais j’invente XD – c’était là qu’elle habitait d’après ses souvenirs… Qui sait, peut-être qu’il allait tomber sur un gros baraqué pas content d’être dérangé, mais au pire des cas, il était armé ! Avec le temps, elle avait pu déménager mais cette idée ne lui était même pas venue à l’idée. Et de toute manière, il se rendit compte que ce n’était pas le cas en reconnaissant le nom de la jeune femme sur la sonnette. Awesome ! C’est donc sans une once d’hésitation qu’il sonna : que c’est gentil de sonner aux alentours de minuit chez une fille ! Enfin, au premier regard comme ça, c’était pour lui donner signe de vie et s’enquérir de son état, donc c’était plutôt sympa, nan ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

ME, MYSELF AND I


ϟ Messages : 118
ϟ Date d'Arrivée : 01/12/2010
ϟ I'm : 25
ϟ My famous quote : Why it should matter your dreams of a child innocence is gone only fear to play with. Faces are changing but nothing is changing the pain.
ϟ Copyright : cyrine
ϟ Groupe : Humains

MY ROAD
▬ STATUT RP: [ OPEN ]
▬ A ne pas négliger :
▬ FRIENDS & ENNEMIES:

MessageSujet: Re: DEIRDRE&SAM ✩ SURPRISE ! IT MIGHT BE YOUR BIRTHDAY TONIGHT   Ven 15 Avr - 6:08





SAM & DEIRDRE
« SURPRISE ! IT MIGHT BE YOUR BIRTHDAY TONIGH »


« La disparition des dinosaures donna naissance à de nombreuses théories, certaines farfelues comme la destruction des dinosaures par des extraterrestres, et d'autres plus probables et scientifiquement testables. Il convient toutefois de noter que l'extinction des dinosaures est un problème sémantique : les dinosaures ne sont pas éteints puisqu'il subsiste des oiseaux. En revanche, il y a bien eu une crise à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années. Bien que cette dernière ait eu un impact moyen sur la biodiversité en général, si on la compare à la crise Permo-Triasique ou même à celle de l'Ordovicien, et qu'elle a surtout décimé des organismes marins tels les foraminifères et non des organismes terrestres dont l'extinction relative est beaucoup moins élevée, elle est devenue très célèbre en raison de la sur-médiatisation relative aux dinosaures. »

Les yeux de la jeunes femmes étaient à demi-clos, sa respiration était lente et son corps immobile, avachi sur le canapé, la main tenant encore la télécommande bien que cette dernière glissait peu à peu comme attiré par le sol. Le petit salon dans lequel se trouvait Deirdre était plongé dans le noir, la seule source de lumière étant la télévision face à laquelle la jeune femme se trouvait. Elle était rentrée chez elle depuis quelques heures déjà, quand précisément, elle ne saurait pas le dire. Elle avait passé une longue et épuisante journée de boulot et pourtant, elle était encore plus ou moins éveillée, regardant n’importe quelle émission de télévision sans pourtant pouvoir dire de quoi elles parlaient. Elle aurait sans doute mieux fait d’aller se coucher plutôt que de regarder des émissions soient complètement débile, soit scientifiques ou encore pire, philosophiques. Ce n’était pas qu’elle n’était pas du tout intéressée par la crise crétacé-tertiaire mais disons qu’à l’heure actuelle elle s’en fichait et la seule chose qu’elle était capable de remarquer, c’est que la nana qui parle dans ce genre d’émission, sur n’importe quelle chaine, à n’importe quelle heure et dans n’importe quelle émission, on à systématiquement l’impression que c’est exactement la même ! À force de faire des reportages sur tout et n’importe quoi, cette fille là, elle doit avoir une sacrée culture ! Réflexion sans doute sans intérêt, mais qui avait pourtant traversé le cerveau comateux de la jeune femme. Elle laissa échapper un soupire face aux images d’une grosse météorite avant tout droit s’écraser vers le Mexique formant un énorme cratère et déversant dans l’atmosphère une multitude de poussières qui ajoutées à celles provoquée par une éruption volcanique à l’autre bout du globe, a bloqué une partie des rayons lumineux, diminuant la photosynthèse qui vint perturber la chaine alimentaire et provoquant aussi un refroidissement climatique qui serait la cause de la disparition des dinosaure. Passionnant sans doute, pauvres bêtes. Pensée qui n’empêcha pas la jeune femme de fermes définitivement les yeux, malgré la ô combien passionnante explication scientifique qui était présentée dans son poste de télévision. Elle ferma les yeux quelques courtes secondes, c’est du moins ce qu’elle cru, si bien qu’au moment où elle rouvrit les yeux, réveillée en sursaut par les cries d’une soprano dramatique dans un opéra, elle ne savait pas comment la télé avait pu passer si rapidement d’une crise biologique à un opéra. Un peu surprise, elle ramassa la télécommande qu’elle avait fait tomber dans son sursaut pour éteindre la télévision et ainsi faire taire l’autre grande folle qui n’allait pas tardé à exploser ses carreaux ! Elle passa rapidement ses mains sur son visage avant de bailler un bon coup et de rester planté sur son canapé, dans le noir complet pendant plusieurs longues secondes. Au bout d’un moment, prise d’un élan de courage assez impressionnant elle se leva, s’étira brièvement et alluma enfin la lumière qui semblait lui brûler les yeux. D’un pas lent, elle ramassa la vaisselle posée sur la table basse, vestiges du dîné qu’elle avait engloutit devant la télévision pour aller mettre tout ça dans le lave vaisselle, sûre que si elle ne le faisait pas tout de suite, ça allait trainait pendant plusieurs jours dans le salon. Ceci fait, elle se dirigea en trainant des pieds jusqu’à la salle de bain, décidé à prendre une douche tardive puisqu’il était déjà vingt-trois heures et de nombreuses patates. La douche eu le mérite de lui redonner un petit coup de fouet qui ne durerait certainement pas très longtemps quand elle se serait mise au lit, mais qui lui permit au moins d’avoir le courage de se sécher lentement mais sûrement les cheveux à l’aide d’un sèche cheveux qui aurait était sans doutes plus efficace si elle l’avait tenu en direction de sa chevelure plutôt que n’importe comment, à cause des muscles de ses bras, trop fatigués pour fonctionner convenablement. Une fois les cheveux secs, elle entama une longue préparation pré-dodo typique des femmes et certainement un peu inutile dans laquelle elle fut coupée par le bruit de sa sonnette. Qui est-ce qui pouvait bien s’amuser à sonner à sa porte à minuit et quelques ? C’était une bonne question, et elle ne pouvait qu’être méfiante, elle avait la poisse avec les trucs chelou qui arrivent à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, tous ces trucs surnaturelle qu’elle n’était pas vraiment apte à comprendre. Bref, elle se dépêcha d’enfiler un peignoir par-dessus son style débardeur-culotte qui n’était pas très présentable. Un nouveau soupire s’extirpa de ses lèvres alors qu’elle quittait sa petite salle de bain, pour retourner dans le hall de son appartement en style très peu vêtue et chaussons roses pétants avec des jolies cochons roses dessinés dessus, la classe à l’état pur ! Comme elle était un minimum prudente, ou juste trop bordélique pour prendre le temps de le ranger, son arme de travail, était posée sur le meuble tout près de la porte d’entrée. Elle garda la main posée dessus alors qu’elle déverrouillait sa porte qu’elle entrouvrit légèrement pour apercevoir ce qui semblait être la dernière personne qu’elle s’attendait à voir. Sam winchester, une vieille connaissance. Elle ne pu même pas s’empêcher d’être totalement neutre face à cette vision, si bien qu’elle écarquilla les yeux quelques secondes et en mit quelques autres à buguer avant de pouvoir prononcer le moindre mot. « Sam ? Qu’est-ce que … Qu’est-ce que tu fais là ? ». La jeune femme paraissait toujours surprise, mais déjà plus rassurée, elle pu au moins ôter sa main de sur son arme de service et ouvrir un petit peu plus la porte histoire de ne pas passer pour une vieille folle qui n’ouvre pas sa porte aux gens, enfin à minuit passé, elle aurait été en droit de se comporter comme une vieille folle. En tout cas revoir Sam après tout ce temps, ça la ramenait presque à son reportage tout à fait captivant sur la disparition des dinosaures, elle le pensait lui aussi bel et bien disparut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

DEIRDRE&SAM ✩ SURPRISE ! IT MIGHT BE YOUR BIRTHDAY TONIGHT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road Again ϟ Ad vitam aeternam ::  :: 
ROUTE 66
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit